08/07/18 à Ovando

Malgré un réveil matinal dû au soleil qui chauffe la tente rapidement, nous ne prenons la route que tardivement, et après un passage chez le marchand du coin, il est déjà 11h45. En voyant les voitures sur le parking de l’église, ce dimanche, nous nous disons que la route va être sereine.

Mais, c’est faux, nous sommes le dimanche d’une fin de semaine fériée, beaucoup d’Américains rentrent chez eux. Bison futé a vu noir. Du coup, des convois de caravanes, de RV, tirant parfois un bateau et une auto se pressent sur la route qui en aurait été plus belle sans tout ce fracas. Elle longue le lac salmon, parsemé de quelques îles hébergeant des lodges. Des collines se chevauchent semblant former des gorges alimentant le lac.

Toute cette furie n’est pas adoucie par la structure même de la route, la ligne centrale est crantelée. A chaque passage de véhicules, un bruit sourd assène mes oreilles. Quelques conducteurs indélicats accentuent ce sentiment d’oppression.

Philaé, elle est un peu fatiguée mais n’arrive pas à s’endormir aujourd’hui du coup elle chouine un peu et nous devons nous arrêter pour la faire gigoter.

La pause du midi verra un changement de paysage, des plaines herbeuses apparaissent avec des ranchs à bovins. Nous avons été renseignés par Nigel, un cycliste anglais de la great divide qu’à Ovando la ville était cycliste friendly. Et effectivement tout est fait pour que le cycliste puisse y passer un bon moment, recharge téléphone, douche, lieu pour camper, wifi. Il est même possible de dormir dans un tipi, wagon ou prison pour 5$. Pour nous ce sera la tente, plus facile pour Philaé

Catégories : Non classé

1 commentaire

MattJ · 18 juillet 2018 à 18 h 36 min

Hello Americaaa ! Elle est à quoi cette glace ? On est les champioooooons du moooonde ! Merci pour les photos, on en veut d’autres.

Les commentaires sont fermés.