14/06/19 à San Pedro

Nous profitons de notre jour de repos pour aller visiter les ruines de Tulum. Philaé ayant eu la bonne idée de se réveiller à 4h30 du matin, nous sommes de bon matin, sur la piste cyclable qui mène à la côte. Nous empruntons la route piétonne qui mène au site archéologique au travers de la forêt.

Les ruines sont perchées au bord de l’océan sur des falaises, le vent déverse nuages et pluie. Beaucoup d’iguanes, gras et paresseux se dorent au soleil.

Ce matin, pour quitter la ville de Tulum, le ciel est gris foncé, quelques rayons percent alors que nous partons en prenant la direction de la route de Coba. Derrière nous, s’avance un mur gris de pluie. Alors qu’il se rapproche, nous avons juste le temps de nous réfugier sous une station service et laissons l’orage se déverser. Nous reprenons la route dans la fraîcheur, la température est tombée à 26°, aujourd’hui les lunettes de soleil restent dans leur étui.

Nous arrivons au village de Manuel Antonio pour déjeuner, la fin du repas est mouvementée car une nouvelle averse s’abat. J’atteins juste à temps l’abri bus alors qu’Amélie reste coincée sous des arbres. Une éclaircie et nous repartons, mais pour une courte étape, la roue droite de la carriole est crevée. Près d’un stand d’artisanats, nous réparons.

Sous un ciel chargé, nous arrivons près de Coba. Nous y croisons une voiture de la société Bimbo, fournisseur officiel de biscuit “Principe”. Actuellement un jeu nous fait gagner des paquets de biscuits gratis mais les tiendas refusent de faire l’échange de nos vignettes. L’employé sera ravie de nous donner nos 7 paquets.

Philaé, elle dort et nous prolongeons en passant devant les ruines de Coba. Point d’arrêt pour nous, nous avons eu notre compte de ruines. Nous nous retrouvons avec plaisir sur une toute petite route qui mène, à travers la forêt, à San Pedro. Petit hameau, où après discussions, nous pouvons planter la tente devant la maison de la délégation, sorte de mairie annexe.

Le délégué du village laisse ouvert la porte du lieu communautaire en cas de pluie. Un habitant nous confirme qu’il ne pleut jamais la nuit avant le mois d’octobre. Bien-sûr il ne manque pas de pleuvoir juste au moment du repas et en urgence nous rapatrions nos affaires. Nous préférons nous réfugier dans le local car nous avons des doutes sur l’étanchéité de notre tente.

Categories: Non classé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *