26/05/19 à Nicolas Bravo

Philaé tousse, nous allons une nouvelle fois chez le médecin. Hier soir, c’est dans un petit parc en bord de route que nous avons dîné (frites et crêpes croustillantes), en assistant à la vente ambulante de vaisselle de Puebla, sorte d’enchères où les ménagères sont invitées à dépenser quelques pesos.

Ce matin, Philaé, protégée sous sa moustiquaire, se réveille avant le soleil. Nous pouvons prendre la route avec la fraîcheur relative du matin. Le vent de face ne souffle pas encore, les 38 premiers kilomètres ne sont que ligne droite où s’enchaînent les arrêts de bus jaune et blanc.

Nous quittons l’état de Campeche pour le Quintano Roo (notre dernier état), un panneau indique même Cancun à 428 kilomètres. Avec le changement d’état, l’asphalte devient plus lisse, la route est entrain d’être refaite.

Quelques portions, sans ligne, font coller les graviers à nos pneus. Nous découvrons un nouvel insecte : des sauterelles zebrées. Elles sont nombreuses à être écrasées sur la route.

Il est 11h45 lorsque nous nous arrêtons. Nous demandons l’autorisation à un agriculteur de nous installer sous une palapa. Des hamacs sont accrochés. Après avoir mangé, un peu, la chaleur ne nous aidant pas, la sieste dans le hamac nous attire. Amélie a de la chance, elle s’endort la première, je surveille donc Philaé.

A 16h, nous repartons vers Nicolas Bravo à 12km. Notre moyenne qui était de 16km/h ce matin, passe à 10km/h. Après y avoir fait quelques courses, nous sortons du village, et au bout d’un chemin calcaire, nous entrons dans un « rancho ». Miguel, que nous réveillons peut-être, accepte que nous passions la nuit chez lui. Il est très avenant, nous proposant chaises, tables, et répétant « con confiansa ». Le soir, sous dînons sous les étoiles, la grande ours est au dessus de nos têtes.

Catégories : Non classé