Hébergement

Au mois d’octobre nous sommes passés au sud du Colorado, au milieu des montagnes et le temps à commencé à se rafraîchir. Lorsqu’il fait moins de 5°C, Philaé n’est pas assez bien équipée pour dormir sous la tente. Nous avons du dormir plus souvent dans des motels ou bien chez des gens, les soirées ont commencé à être un plus compliquée (Philaé s’endort toute seule sous la tente, mais lorsque nous sommes entre quatre murs il faut que l’un de nous deux reste à côté d’elle jusqu’à ce qu’elle s’endorme sinon elle se lève, touche à tout…)
A cause des conditions météorologiques nous avons fait appel plus régulièrement au réseau warmshower, nous avons battu notre record de nuit “en dure, en hébergement ” : huit nuits à la suite, chez six personnes différentes ! Et nous avons aussi battu le reccord de la nuit la plus chère : 105 dollars (soit 95 euros) après trois tentatives infructueuses pour dormir dans un RVpark.

L’histoire de la tenteAu mois de novembre, la tente, que l’on avait choisi, parce qu’elle avait deux chambres, est repartie en Europe, se faire analyser par un service qualité… Les fermetures éclaire ne fermaient plus, les élastiques qui reliaient les chambres au toit cassaient les uns après les autres… fin décembre nous sommes toujours en attente de la conclusion du service qualité !
Pour la remplacer nous avons “choisi” une tente 4places, de la marque REI (le decathlon américain). C’est la seule tente 4 places que nous avons pu trouver, au cours d’une journée de shopping !

Changement d’itinéraireLes températures étant trop froides pour rendre le voyage agréable, nous avons fait un saut de puce en train et avons changé notre itinéraire.
Nous ne sommes pas passés par le Grand Canyon comme nous l’avions imaginé (que nous avions déjà vu tous les deux lorsque nous étions adolescents ). Nous avons aussi fait une croix sur pétrifié forest et les réserves Hopi.

La biscotteElle a commencé à dire “non” ! Et à ne plus vouloir s’asseoir dans la carriole, pendant un mois et demi, plusieurs fois par jour il a fallut négocier, détourner son attention, ou trouver un intérêt pour qu’elle accepte de s’asseoir ! Et puis, ouf… cette période est pour l’instant terminée !
Philaé a eu du mal a comprendre se que voulait dire “revenir”, et s’interrogeait sur l’absence de ses grands parents maternels après 15 jours de vacances avec eux (au mois d’octobre). Nous avons entendu des milliers de fois “Chantal, Didier, revenir ?? “
Elle sait maintenant imiter le singe, le coyote, la vache… Un matin, elle a joué avec des fourmis rouges, qui n’ont pas semblées apprécier car elle s’est fait mordre à de nombreux endroits (ce qui l’a fait pleurer pendant plus d’une heure et demi, et ce malgré une dose de doliprane !)
Son vocabulaire en anglais c’est enrichie de quelques mots (please, thank-you, good night, dog).
Nous avons commencé avec elle son carnet de voyage, elle y colle les étiquettes des fruits et légumes que nous mangeons, des images, ses dessins, des photos de la famille, des autocollants…

Thrift
Nous savons maintenant repérer les magasins qui vendent des objets d’occasion, nous y avons acheté des vêtements pour Philaé (dont une paire de chaussettes Starwars ! ), une cuillère en bois pour remplacer celle que nous avons perdu, un bol pour Philaé ainsi que des jouets, des cartes postales, une carte du Mexique…

La policeNotre passage en Arizona ne nous a pas particulièrement enchanté. Il faut dire que nous nous étions habitués à avoir un accueil très chaleureux de la part des américains. Dans cet état, il nous a été beaucoup plus difficile de camper chez l’habitant, et dans les campings (qui refusent les voyageurs en tentes et les moins de 55 ans ! ). Comme l’a raconté Aurelien, nous avons eu un rappel des forces de l’ordre, pour avoir laissé Philaé seule dans sa carriole. Nous avons aussi été réveillés en pleine nuit car nous campions sur un terrain privé.
A chaque fois les forces de l’ordre ont été très compréhensives et respectueuses avec nous, mais nous préférons quand même ne pas avoir affaire à eux !

Un passage en terre Navajo
Nous avons beaucoup aimé notre passage en terre Navajo, où notre présence a sûrement surpris. “Pourquoi venez vous par-là ? ” nous a- t-on souvent demandé ? Heu… et bien c’est plutôt le hasard. Mais nous recommandons aux cyclistes de passer par les réserves indiennes, nous y avons chaque fois été très chaleureusement accueillis.

De nouveaux équipements
Nous avons fait l’achat d’une petite radio portable, qui nous accompagne le midi ou le soir. Nous avons même trouvé la fréquence pour la radio des chants de Noël !

La santé de nos velos

  • trois crevaisons, une pour chacun (nos vélos et la carriole)
  • un rayon de cassé pour Amélie,
  • un maillon de chaîne qui se tord pour Aurélien

Bye Bye les États-Unis, Holà Mexico
Les derniers jours sur le territoire américain ont été très calme. Nous avons traversé la réserve indienne de Tohono O’Odham. D’un point de vue administratif, nous savions que nous avions le temps de quitter ce pays, nos visas expiraient le 27 décembre et nous sommes arrivés le 5 décembre au Mexique (où là aussi nous avons un visa de six mois).
C’est avec un peu d’émotion que nous avons quitté les États-Unis ! Nous sommes ravis de l’accueil dont nous avons pu bénéficier. Et nous avons été émerveillés par les paysages, pour les voyageurs souhaitant s’y rendre, nous leur recommandons de découvrir l’Utah.

L’EspagnolNous avons commencé a réviser avec un livre dont la première édition date de 1959, nous y avons même trouvé des phrases pour pouvoir demander l’envoie d’un télégramme !
L’un des premiers mots que l’on a appris sans effort est “llantera” ce qui veut dire : pneus. Il y a des réparateurs partout, le long des routes.

Les vacances de Noël !
Nous avons eu le plaisir de fêter Noël en famille ! Et de passer une semaine à manger des PanCakes, jouer à des jeux de société, marcher sur la plage, prendre des nouvelles des uns et des autres… des vacances ! Un grand merci à eux pour leur visite.

Ce qui nous manque le plus…
Pour Amélie : d’être toute seule de temps en temps
Pour Aurelien : faire la fête avec les copains, le hockey
Pour Philaé : peut-être d’être avec des enfants, en tout cas elle nous parle déjà de son envie d’aller à l’école !

Categories: Non classé

1 Comment

Samy · 23 March 2019 at 22 h 18 min

Sympa de lire un texte d’Amélie, merci de nous faire voyager

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *