04/01/19 à Guerrero Negro

Pas de murs, pas de montagnes, pas d’obstacles aux rayons du soleil ce matin. La chaleur arrive vite et les abeilles aussi, attirées par la présence d’eau, nous supposons. Elles se multiplent rapidement, peut-être aussi car nous sommes assis sur un tapis de plantes violettes qui fleurissent. La fin du petit déjeuner et le démontage deviennent stressant, jusqu’à nous obliger à exfilter Philaé dont la carriole est envahie.

Cent mètres nous séparent de la route et nous voilà à l’abri. Il ne nous reste qu’à parcourir les 43 kilomètres de ligne droite vers la ville de Guerrero Negro. La route est vraiment peu large et nous nous demandons comment font deux camions pour s’y croiser.

Le paysage est côtier, dune et sable, végétation basse. Monotone. Nous arrivons en ville en début d’après midi et reservons une sortie pour aller voir les baleines grises dans la lagune Ojo de Lièvre. Après cette traversée du désert, nous décidons de rester trois nuits en ville.

Categories: Non classé

1 Comment

Daniel · 8 March 2019 at 11 h 19 min

Hello, paysage monotone sans doute mais beau coucher de soleil dans le ciel. Profitez aussi de la ville avec moins d’abeilles…. Bises. Daniel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *